Comme nous avons pu le voir dans les actualités (cf. Var-matin du 16 juin 2018) des riverains de Cavalière se plaignent des nuisances causées par l’hélisurface de Cavalière situé sur le parking de l’ancien golf.

Gil Bernardi, dans sa campagne électorale de 2014, présentait l’hôtellerie comme un fer de lance de l’économie lavandouraine et il avait bien raison. Cette activité du secteur tertiaire peut en effet nous amener une image nationale voire internationale de prestige notamment avec les hôtels luxueux comme peut l’être aujourd’hui « le Club » à Cavalière, ou encore demain “Les Roches” à Aiguebelle et le “Surplage” aussi à Cavalière.

Aujourd’hui nous avons une problématique liée à une unique utilisation de cette hélisurface, celle de l’hôtel du Club. Il est impossible semble-t-il de connaître le nombre de rotations qui varie entre 11 et 80 selon les dires. Et qu’en sera-t-il demain avec une utilisation plus intensive due aux clients des Roches et du Surplage qui, potentiellement, pourront venir en hélicoptère ? 2 fois plus de rotations, 3 fois plus…? Il serait légitime qu’ils aient également accès à un héliport s’ils le souhaitent. Sans parler d’éventuels propriétaires de biens sur le Lavandou qui peuvent aussi vouloir utiliser ce moyen de transport exceptionnel, pourquoi pas ?

Bien des questions qui obligent une réflexion de fond. Une hélisurface doit pouvoir être accessible, à condition (et dans le respect) de l’intérêt général sans pour autant gêner le chant des cigales.

Peut être trouver un lieu plus approprié ? Un protocole d’atterrissage plus adéquat ? …

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Website Comments

  1. un_lavandourain
    Répondre

    Les hélicoptères sont un plus pour le tourisme c’est un fait. Mais il faut en avoir la maîtrise : rotations limitées, horaires stricts et contrôle drastique avec sanctions financières voir arrêt temporaire pour les récalcitrants. Cavalière est un écrin ,véritable caisse de résonnance. Avec raison et respect du lieu ,des habitants, de la flore et la faune, l’usage de ce moyen d accès à notre station balnéaire et une opportunité à ne pas négliger.

    • Bertrand Carletti
      Répondre

      Monsieur, dans votre commentaire je crois que vous avez tout dit : « sont un plus » « maîtrise » « écrin » » «  raison et respect »… rien à ajouter…

  2. matadeiro
    Répondre

    Au fait l’hôtel des Roches il s’est crashé rien ne bouge depuis plus d’un an…..pourquoi…..

    • Bertrand Carletti
      Répondre

      Bonjour, en effet, beaucoup de gens s’interrogent sur ce projet. Aucune idée précise sur la raison de l’arrêt des travaux. A notre connaissance aucun recours n’a été déposé à l’encontre de ce permis malgré les rumeurs qui ont couru à une période et malgré les interrogations qu’il a pu y avoir sur le respect des règles d’urbanismes (PLU, sentier du littoral notamment).
      La question reste donc en suspend…

  3. taupe in Hambourg
    Répondre

    je crois avoir lu que la falaise sur lequel l’hotel devait s’appuyer n’était pas stable….ce qui compliquait et renchérissait les fondations dudit hotel. Nous aurions préféré que la raison de l’arrêt des travaux soit justifié par le respect de l’environnement et la protection de nos côtes.

Commenter cet article