Deux fois par an, depuis 1976, c’est la même histoire qui se répète. En mars et en octobre, on avance nos “horloges” d’une heure puis on les recule. Deux fois par an, les mêmes marronniers aux journaux de treize heures et vingt heures : “comment vivez-vous le passage à l’heure d’été/hiver ? Préférez-vous l’heure d’été ou l’heure d’hiver ? Les raisons de ce changement d’heure…”.

Cette invention purement française de l’ancien Président de la République Valéry Giscard d’Estaing – pour des raisons principalement économiques au départ – a été instaurée par les autres pays européens en 1998.

On est pour, on est contre, tout le monde a ses raisons de préférer vivre à l’heure d’été ou à l’heure d’hiver.

Depuis quelques années, la réflexion est de plus en plus forte sur le maintien ou non de ce changement. Augmentation de la fatigue, du stress, des troubles du sommeil et même des AVC, autant de raisons physiologiques et psychologiques qui poussent la réflexion à franchir un pas de plus. La Commission Européenne a en effet mis en place un questionnaire en ligne sur lequel les citoyens des 28 pays membres de l’UE peuvent donner leur avis sur le changement d’heure. Il ne reste qu’une semaine pour s’exprimer.

Si vous souhaitez y participer, c’est par là, jusqu’au 16 août :

https://ec.europa.eu/info/consultations/2018-summertime-arrangements_en

(N.B. : le questionnaire apparaît en anglais mais vous pouvez changer la langue en haut à droite.)

Bon à savoir, si le changement d’heure est supprimé, la France conservera l’heure d’hiver. La vie estivale au  Lavandou, comme ailleurs, s’en trouvera forcément modifiée. Avec le coucher du soleil une heure plus tôt, c’est un rythme de vie différent qui s’imposera, une vie plus matinale donc moins nocturne qui s’installera (le corps étant sensible à la luminosité, notre horloge biologique nous dirigera inconsciemment vers un lever plus tôt).

Nous étions déjà loin de vivre la nuit comme les villes du sud de l’Espagne où la majorité des grandes surfaces d’un grand groupe français ferme à 22h et même à minuit dans les stations balnéaires. La suppression de l’heure d’été accentuera encore un peu les différences entres les pays de l’UE.