Le jardin éphémère est de retour au Lavandou devant le parvi de l’hôtel de ville avec une jolie petite inauguration ce matin. Nous ne voulons pas être de ceux qui contestent tout et n’importe quoi, juste pour contester Gil Bernardi mais si nous avons un projet “Energies lavandouraines” à l’étude, c’est bien évidemment que nous sommes en désaccord majoritairement avec les décisions prises par le premier magistrat du Lavandou, comme beaucoup de gens. Nous voulons ainsi exprimer ce désaccord et proposer de nouvelles idées, de nouvelles perspectives. Alors oui, disons-le clairement, ici encore, nous ne sommes pas en harmonie avec ce jardin. Nous ne nions pas que c’est original, sympathique, agréable et le travail fourni par les jardinier est énorme – un grand bravo à eux – mais si nous y regardons à deux fois, on peut être perplexe.

Il est vrai que nous avons un territoire naturel à plus de 80%, recouvert par le magnifique massif des Maures. Nous avons une ouverture sur la mer et les îles, un centre ville très joli, grâce d’ailleurs à l’action de Gil Bernardi et de son équipe (sans oublier une nouvelle fois les agents de l’équipe “entretien des espaces verts”), ce qui n’empêche pas que des améliorations significatives et primordiales sont à apporter ; nous développerons celles-ci plus tard. Le centre ville est parsemé de verdure, de massifs  – peut-être trop par endroit – bien entretenus et se rajoute encore aujourd’hui un jardin… éphémère… sur les pavés ! Pourquoi pas, si ce n’est à nouveau de l’argent public dépensé qui, à notre sens, est mal utilisé. Ne serait-il pas plus intéressant d’essayer de dépenser sur du durable plutôt que de l’éphémère ?

Il est vrai également que cela crée un événement mais apporte-t-il une plus-value au Lavandou, une visibilité nouvelle ? Nous ne le croyons pas au regard de ce que nous avons développé ci-dessus. La foire aux plants est, par exemple, une véritable manifestation qui peut générer de l’activité mais pas un jardin de plus au milieu des jardins.

Pourquoi ne pas investir l’argent de ce jardin temporaire dans les restanques de Saint-Clair, avec les mêmes plantations ? Chaque année, une nouvelle section de ces restanques pourrait être rénovée et, petit à petit, se créerait une animation autour de cela pour arriver, à terme, à un joli jardin en restanque que l’on visiterait et dans lequel les visiteurs pourraient se promener, déambuler, s’asseoir sur un banc pour lire un bon livre… Voilà un investissement durable et une vitrine pour le Lavandou – un peu à l’image du jardin du Rayol – avec la Noria au centre de tout. Pourquoi pas ? Jolie perspective non ? Ou encore, « semer » ce jardin en différents endroits pour que les gens puissent déambuler et découvrir le village…

Ce jardin éphémère apporte, il est certain, une vue nouvelle depuis la fenêtre du deuxième étage de l’hôtel de ville. Un coup un nouveau jardin, un coup la grande roue… éphémères et coûteux.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Commenter cet article