Je prends la plume aujourd’hui, modeste lavandourain que je suis, pour chanter les louanges de notre premier magistrat. Oui, je suis fan, je le concède. J’aimerais tellement connaître son incroyable secret.

Comment fait-il, lorsque le contrariant surgissant avec une pétition sur le devenir de l’environnement de notre belle cité, il devient  victime et se dit blessé ? Il jure que son seul souci est la préservation du milieu (coffre sur zone de sable) mais omet le problème crucial de la qualité de l’air et de l’eau. Au passage, il en profite pour infantiliser son contradicteur, le tutoyant, lui reprochant son amateurisme (la photo utilisée dans la pétition est inapproprié) et l’empêchant habilement d’argumenter sur les vrais problèmes engendrés par la venue des ces luxueux “camping-cars” des mers.

Comment fait-il, avec un lifting du front de mer bien à propos, pour masquer à quelques mètres de là, les trottoirs défoncés, les accès routiers rapiécés ?

Comment fait-il pour cacher le piteux état des installations communales vieillissantes (COSEC, tennis club, etc.) ?

Comment fait-il pour dissimuler le matériel et les véhicules municipaux en panne ?

Comment fait-il pour bétonner la plaine du village, lui le chevalier blanc de la première élection pourfendant un vil maire entrepreneur en BTP ?

Etat d’une route dans un quartier à « l’écart » avant la mise en place d’une rustine au printemps 2019 après des années d’attente.

La liste de mes questions en était là quand par hasard, le mardi 2 juillet 2019, à l’entrée de notre commune voisine, je fus ralenti par un curieux attelage stationnant en plein milieu de la départementale 559. En plein ”mitant” – comme on dit dans le midi – le bus au trois dauphins est dans une déplorable situation. Comment ? je dois me méprendre, ce n’est pas possible ! Le superbe bus de nos anciens et de nos enfants, en panne ?

Puis les langues se délient : “vieux tacot interdit de sortir du département depuis des lustres me dit-on !”, “quand il pleut, on prend la douche à l’intérieur. Pareil quand la clim fonctionne il y a des fuites !”, “il tombe en panne six fois par an m’avoue-t-on.” et “comment peut-on en arriver à cette situation avec un vieux bus alors que nos voisins arrivent à en avoir plusieurs ? N’y a-t-il pas un problème de gestion ?”.

Alors, nous y sommes, le flou qui se voulait artistique se délite. Vous êtes, avec tout le respect que je vous dois, un grand illusionniste. Un mage puissant qui a plongé le Lavandou et les Lavandourains dans un profond sommeil. Un véritable monde en trompe l’oeil. Le réveil risque d’être douloureux car j’ai bien peur que l’état de notre fier bus communal reflète l’état de l’ensemble de notre commune.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin